Tsoku Maela

2014
– Boom! Baby group exhibition: Young Blood beautiful life Gallery, Cape Town
– Month of Photography group exhibition and talk: Mogalakwena Gallery

2015
– Mass is art group exhibition: Pan African Market, Cape Town
– Cape GRID International Photography Bennial: Castle of Good hope, Cape Town
– Broken Things: A story of self-love: Solo Exhibition, 99 Loop Gallery

2016
– Barongwa: I am that I am: Solo Exhibition, 99 Loop Gallery
– Rituals, LagosPhoto Festival, Nigeria (Broken Things)

2017
– Photo17, solo, Directors selection (Broken Things), Zurich

2017
– Turbine Art Fair, Lizamore and Associate Gallery
– 35 years: Trailblazers group exhibition, Lizamore & Associates gallery
– FNB Joburg Art Fair, group exhibition with Ablade Glover & Tony Gum, Christopher Moller gallery

2018
– ICT Cape Town Art Fair, group show with Neo Matloga, Ablade Glover (including Andrew Solgado Solo)
– No More clichés, please, solo. Lizamore & Associates gallery
– In Silva group exhibition (including: Gina Waldman, Diane Victor, Anastasia Pather), Kalashnikov gallery, Johannesburg.
– Appropriate, PULSE Art Fair, Art Basel, Miami – Christopher Moller gallery
(work selected as top 10 Pérez Art Museum picks)

2019
– In Silva, KKNK Festival, Oudtshoorn

author

Biographie de Tsoku Maela

Né le 29 mars à Lebowakgomo, en Afrique du Sud, et travaillant principalement sur la photographie, le cinéma et le texte, Maela s’intéresse aux motivations de la plupart des problèmes de société à travers l’observation et l’étude du comportement humain et du psychisme dans l’espoir de créer une compréhension universelle de ces motivations par le dialogue et un langage visuel unique qui emprunte au mouvement surréaliste et afrofuturiste.

Son travail a été diffusé sur CNN : African Voices, Hyperallergique, VICE, GUP magazine, et présenté en Afrique du Sud, à Lagos, Zurich et Miami Art Basel à la foire d’art contemporain PULSE (ses œuvres font partie du top 10 des choix du musée Pérez Art). Il fait également partie de la première publication de la revue d’Art Contemporain « 100 Artists of the Future » (2019).

Sur le plan académique, son travail a également été utilisé dans des expositions étudiantes au Royaume-Uni pour sensibiliser le public à la santé mentale et au Hutchins Center for African and African American Research de l’Université Harvard, archivé dans le cadre de leur publication Transition. Parmi les collections privées de ses œuvres, on peut citer la collection d’art contemporain M&C SAATCHI et la collection d’art JP Morgan Abadali, entre autres.

Soucieux de la condition humaine, des paysages viscéral, spirituel, socio-économique et géopolitique, des conversations que beaucoup considèrent trop taboues pour accorder l’espace et le temps – son seul désir est de mettre le feu de l’amour et de l’espoir dans le cœur de quiconque croise son travail, d’inspirer une énergie jeune qui veut créer et lutter pour un changement durable tout en archivant un beau passé, présent et futur africain en constante évolution.